Perdre du poids en toute sécurité sous traitement contre le VIH

Minimiser les risques liés au traitement VIH lors de la perte de poids

La thérapie antirétrovirale (ART) peut vous maintenir en bonne santé. Et la prise de poids peut être un signe que votre traitement fonctionne. Cependant, il est possible que certaines personnes prennent trop de kilos lorsqu’elles suivent un traitement contre le VIH. Cela peut entraîner un excès de poids, l’obésité ou d’autres problèmes de santé. Vous vous demandez peut-être quelle est la meilleure façon de perdre du poids en toute sécurité.

John Koethe, MD, professeur adjoint à la division des maladies infectieuses de l’université Vanderbilt, affirme que des recherches sont en cours sur cette prise de poids liée au traitement. Les chercheurs essaient de trouver les meilleurs schémas thérapeutiques pour contrer les effets. Mais nous n’avons pas encore les réponses.

Pour l’instant, Koethe indique que les recommandations pour la perte de poids chez les personnes atteintes du VIH et présentant une prise de poids liée au traitement sont les mêmes que pour n’importe qui d’autre. “Le principal étant l’apport élevé en fibres, faible en matières grasses et la maîtrise des portions, avec une activité physique adéquate”, dit-il.

Des études montrent qu’une alimentation équilibrée, associée à une activité physique, peut être bénéfique pour les personnes atteintes du VIH. Parlez donc à votre médecin de votre prise de poids. Il peut vous orienter vers un diététicien agréé travaillant avec des personnes vivant avec le VIH.

Voici quelques conseils qu’ils pourraient vous donner.

Changez votre alimentation

Il n’y a pas d’aliment spécifique qui vous aidera à perdre du poids. Mais un régime alimentaire sain peut augmenter vos chances de réussite. Et une bonne nutrition n’est pas seulement importante pour votre ligne, elle soutient également votre système immunitaire et permet à votre ART de fonctionner mieux, selon Lauri Wright, PhD, responsable du département de nutrition et de diététique de l’université de North Florida.

Kristen Matthews, diététicienne agréée travaillant avec des personnes vivant avec le VIH à la clinique de soins complets Vanderbilt, estime qu’un régime alimentaire équilibré vous mettra sur la bonne voie. Mais vous n’avez pas à apporter de gros changements d’un coup. “Fixez-vous un objectif réalisable”, dit-elle. “Même la plus petite chose peut avoir un grand impact.”

Voici quelques-uns de leurs conseils:

Mangez une variété de fruits et légumes. Les fibres, les vitamines et les minéraux peuvent favoriser à la fois la perte de poids et votre système immunitaire. Essayez d’en consommer au moins 4 à 5 portions par jour. Mais ce n’est qu’un minimum. “Plus il y a de plantes, mieux c’est”, dit Matthews.

Il est bon de stocker des fruits et légumes en conserve ou surgelés. Ils sont tout aussi nutritifs que les produits frais, selon Matthews, et ils se conservent plus longtemps. De plus, ils peuvent être moins chers. Cherchez simplement ceux sans ajout de sodium ou de sucre.

Ajoutez une source de protéine saine à chaque repas. Vous avez besoin de cet élément nutritif pour le fonctionnement des cellules et la croissance musculaire. Mais il vaut mieux éviter les choix riches en matières grasses d’origine animale, tels que les produits laitiers entiers et la viande rouge ou transformée. Au lieu de cela, ajoutez davantage des éléments suivants:

  • Volaille sans peau et poisson
  • Produits laitiers pauvres en matières grasses
  • Viandes maigres
  • Noix ou haricots
  • Aliments à base de soja, tels que le tofu ou le tempeh

Associez certains aliments. Les glucides déclenchent la libération de glucose, ou sucre. Si vous n’en utilisez pas tout, votre corps peut stocker le glucose supplémentaire sous forme de graisse abdominale. Mais vous pouvez réduire cette augmentation de la glycémie en associant les glucides à des protéines, des graisses saines ou des fibres.

Ce type “d’association alimentaire” peut vous aider à convertir le glucose en énergie “un peu mieux et à éviter une augmentation de graisse dans la région centrale”, explique Matthews.

Voici quelques exemples:

  • Pomme et beurre de cacahuète ou fromage pauvre en graisses
  • Baies et une poignée de noix, comme des amandes ou des noix
  • Barre de céréales et un œuf dur

Contrôlez les portions que vous mangez. Il est facile de se laisser aller, même avec une bonne chose. C’est surtout vrai lorsque vous mangez au restaurant. Les restaurants et les entreprises agroalimentaires vous donnent souvent beaucoup plus de nourriture dont vous avez besoin. Il est donc très facile de consommer accidentellement trop de calories. Rendez-vous sur ChooseMyPlate.gov pour plus d’informations sur comment obtenir les bonnes portions.

Informez votre médecin si vous ne pouvez pas vous permettre des aliments sains. Il peut vous orienter vers des groupes locaux ou nationaux qui offrent une aide financière. Rendez-vous sur USA.gov/food-help pour plus d’informations sur l’aide alimentaire.

Évitez les boissons sucrées

Un des premiers changements que Matthews demande aux personnes de faire est d’arrêter les sodas. Elle sait que cela peut être difficile. Mais cela “ne nécessite pas trop de dépenses ni de grands changements de mode de vie, mais cela peut avoir un des plus grands impacts sur le poids”, dit-elle.

D’autres boissons à limiter ou à éviter comprennent les éléments suivants :

  • Jus de fruits
  • Eaux sucrées
  • Café ou thé avec ajout de sucre
  • Boissons énergisantes ou boissons pour sportifs

Essayez de boire plus d’eau. Ajoutez des baies ou des tranches de citron, de lime ou de concombre pour donner du goût. Ajoutez un peu d’eau gazeuse non sucrée pour retrouver cette sensation pétillante.

Faites suffisamment d’exercice

Les études montrent que l’activité physique seule n’est pas la clé de la perte de poids. Mais elle peut aider à prévenir la prise de poids et renforcer vos muscles. Cela peut contribuer grandement à réduire la graisse corporelle peu saine. “Vous verrez les changements les plus importants dans la composition corporelle grâce à l’exercice”, déclare Matthews.

Essayez d’obtenir entre 150 et 300 minutes d’activité physique modérée à intense par semaine. Cela équivaut à environ 30 à 60 minutes par jour.

Ajoutez quelques jours d’entraînement musculaire par semaine. Et ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas d’haltères à la maison. Matthews suggère de faire 20 minutes d’exercices au poids du corps, tels que :

  • Pompes
  • Chaises contre le mur
  • Squats

Vous voulez une résistance supplémentaire ? Trouvez des objets chez vous à soulever. Matthews raconte qu’elle a fait preuve de créativité lorsqu’elle ne pouvait pas aller à la salle de sport pendant la pandémie de COVID-19. “J’ai rempli une bouteille de détergent vide avec de l’eau et je l’ai utilisée pour faire des curls.”

Prenez des notes

Vous pourriez perdre du poids plus rapidement si vous suivez vos progrès. Notez votre activité physique et tous les aliments que vous mangez. Apportez ces informations à votre médecin ou à votre diététicien. Ils peuvent vous aider à ajuster vos objectifs en cours de route.

Gérez les symptômes d’estomac

Il se peut que vous ressentiez des nausées, des diarrhées ou d’autres problèmes digestifs de temps en temps pendant votre traitement. Il peut être difficile de manger sainement lorsque vous ne vous sentez pas bien. Ne cédez pas à la tentation de la malbouffe. Voici quelques conseils de Wright pour rester sur la bonne voie :

  • Mangez de petits repas plus fréquemment pour soulager les nausées et les ballonnements.
  • Mangez des aliments riches en nutriments, tels que des avocats, des noix ou des œufs.
  • Prenez des notes sur les aliments qui vous rendent malade.
  • Évitez les aliments sucrés ou gras.

Gérez le stress et le sommeil

Le stress constant peut augmenter vos niveaux de cortisol. Il s’agit d’une hormone liée à une augmentation de l’appétit, de la graisse abdominale et de l’obésité. Un manque de sommeil – moins de 7 à 9 heures par nuit – peut avoir un effet similaire. Informez votre équipe de soins de santé si vous avez des problèmes de sommeil ou de gestion du stress. Vous pouvez apporter des changements comportementaux pour améliorer les deux aspects. Ils vous mettront en relation avec un spécialiste qui pourra vous enseigner comment faire.

“La vie est folle et elle ne sera pas toujours sans stress avec un sommeil parfait”, dit Matthews. “Mais il est important de donner la priorité à ces choses si la perte de poids est votre objectif.”

Parlez à votre médecin

Si les changements de mode de vie ne suffisent pas, votre médecin pourrait vous prescrire un autre médicament. Il examinera votre état de santé global avant de prendre cette décision. Soyez honnête au sujet de vos habitudes alimentaires et d’exercice. Votre équipe de soins de santé aura besoin des bonnes informations pour faire le meilleur choix pour votre santé.